Part 6: Conference Sessions

October 23: 9:30-10:15 Session: Network epistemology

9:30-10:15 Épistémologie des réseaux / Network epistemology (II)

Présidence/Chair : Anne Duprat (U. de Picardie)

Mosaic of Theodora – Basilica of San Vitale (built A.D. 547), Italy. UNESCO World heritage site. Image by Petar Milošević – Own work,  licensed under CC BY-SA 4.0.

Ioana MANEA (U. Göttingen). « Les paroles remarquables, les bons mots et les maximes des Orientaux d’Antoine Galland ou l’histoire de l’Orient à travers le filtre des ana. »

Dans The Republic of Arabic Letters. Islam and the European Enlightenment, Alexander Bevilacqua démontre que, lors d’affirmer son autonomie, l’histoire de l’Islam a dû faire face à une difficulté résultant du fait que l’exemplarité morale attribuée traditionnellement à l’histoire était, depuis l’humanisme, cantonnée à l’Antiquité gréco-romaine. Gardant à l’esprit cette remarque, ma communication aura pour objet principal les Paroles remarquables, les bons mots et les maximes des Orientaux (1694) d’Antoine Galland, dont l’« Avertissement » soutient vouloir montrer que l’ « esprit » des Orientaux n’est guère inférieur à celui des Occidentaux. En tenant compte de l’acception à la fois éthique et esthétique donnée à l’époque au terme d’« esprit », ma recherche se concentrera surtout les « paroles remarquables » attribuées aux grandes figures historiques de l’Orient comme Harun ar-Rasid, Saladin, Gengis Khan ou Tamerlan, indépendamment de leur religion. Aussi mon étude cherchera-t-elle à comprendre si le savoir-faire politique et militaire qui a étayé leurs conquêtes est présenté par Galland comme accompagné d’un savoir parler traduisant une haute stature morale. Pour ce faire, ma communication essayera d’établir s’il y a des liens entre les « bons mots » de ces dirigeants orientaux exceptionnels et les ana. Genre en vogue, les ana, dont Galland a lui-même été éditeur à deux reprises, se retrouvent, comme le démontre les recherches de Karine Abiven, à la croisée de l’épidictique et du biographique. Ce faisant, mon étude tentera de saisir à quel point, pour s’adapter au goût du public, Galland lui offre de anecdotes à une morale nette, en coulant dans le moule des ana les différentes histoires de l’Orient écrites par des Orientaux qui représentent ses sources et qu’il cite soigneusement dans l’« Avertissement. »

Ancienne pensionnaire étrangère de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, Ioana Manea a soutenu en 2008 à l’Université de Paris-Sorbonne une thèse de doctorat sur La Mothe Le Vayer. Après sa thèse, elle a bénéficié de plusieurs bourses postdoctorale en France, Suisse, Allemagne et Roumanie. À présent, elle enseigne à l’Université de Göttingen. Elle a publié plusieurs articles et un livre intitulé Politics and Scepticism in La Mothe Le Vayer. The Two-Faced Philosopher?

Osman Tayfun FAKIROGLU (U. Aix-Marseille). « Les nouvelles de l’Empire Ottoman dans la presse occidentale en 1730. »

Nous proposons d’étudier les nouvelles publiées dans La gazette et La gazette d’Amsterdam dont les informations sont provenues de différentes villes d’Europe sur les Turcs et la Porte Ottomane en 1730 et de tenter de faire une synthèse sur l’ensemble des nouvelles publiées en analysant les thèmes cités comme des affaires de Perse, les relations diplomatiques européennes auprès de la Porte Ottomane et le développement technologique et socioculturel  avec la découverte de l’imprimerie à Constantinople, les affaires intérieures de l’empire Ottoman. La gazette est un journal paraissant à intervalles réguliers. Elle a été créée par Théophraste Renaudot en 1631 durant le règne de Louis XIII. Les nouvelles circulées en Orient et en Europe sont publiées sous le contrôle de la Cour de France dans La gazette afin d’informer les lecteurs français en France. En revanche, La gazette d’Amsterdam, étant considérée comme un journal international non censuré, est publiée par les Français immigrant en Hollande et elle est lue par les élites européennes. Bien qu’il y ait un doute au sujet de la source d’information circulée depuis Constantinople en 1730, les dépêches diplomatiques provenant de Constantinople pourraient être considérées comme une source officielle et peuvent contribuer à la littérature de voyage. Dans cette étude, nous chercherons à étudier la relation entre la littérature de voyage et les questions sociales, politiques et diplomatiques traitées dans La gazette et La gazette d’Amsterdam.

Osman Tayfun FAKIROGLU est doctorant sous la direction de Madame Sylvie REQUEMORA, Directrice du Centre de Recherches sur la littérature des Voyages à l’Université d’Aix-Marseille. Il écrit une thèse sur le discours diplomatique du Marquis de Villeneuve pendant son ambassade à Constantinople entre 1728 et 1741. Il sera spécialisé en littérature diplomatique de la France en Orient et en littérature des Voyages.

License

Share This Book