Part 6: Conference Sessions

October 14: 13:15-14:15 Session: Person / Personal / Character…

13:15-14:15 : Personne/personnel/personnage : constructions fictionnelles et littéraires du moi / Person / personal / character: fictional and literary constructions of the self (II)

Présidence/Chair : Toby Erik Wikström (U. of Iceland)

Lauriane Maisonneuve (U. Grenoble-Alpes). « Tours et détours du je dans quelques tragédies du XVIIe siècle. »

Nous proposons d’explorer un paradoxe propre à l’énonciation de la subjectivité dans les tragédies du XVIIe siècle. Si les tragédies de Corneille mettent en scène un ego tout-puissant, chez Racine, le moi serait plutôt mis en sourdine, répondant à l’exigence janséniste d’éviter de verser dans le défaut d’amour-propre.(1) En effet, les manuels des grammairiens et philosophes du langage de l’époque réservent au je peu de développements descriptifs, leur préférant des prescriptions. Pourtant, nos relevés stylométriques démontrent une prégnance de la désignation de soi chez Rotrou, Corneille et Racine. Nombre de passages mettent en valeur le locuteur mais en usant d’autres stratégies rhétoriques que la répétition du pronom personnel tonique,(2) parmi lesquelles des appositions à des mots se référant au locuteur ou des désignations de soi sous forme de pluriels amplifiés (nous de majesté).

(1) À propos de la formule de Pascal, « Le moi est haïssable », les logiciens de Port-Royal pensent que : « Feu Monsieur Pascal […] portait cette règle jusqu’à prétendre qu’un honnête homme devait éviter de se nommer, et même de se servir des mots de je et de moi ; et il avait accoutumé de dire sur ce sujet que la piété chrétienne anéantit le moi humain, et que la civilité humaine le cache et le supprime » (Arnauld et Nicole 1981 [1662], III, XX, §6, 267).

(2) Nous pensons au moi sublime de Médée proféré comme seule réponse aux questions de Nérine qui s’inquiète de connaître les moyens qu’elle va employer pour se venger de son mari parjure. Elle répond : « Moi, / Moi, dis-je, et c’est assez. » (Corneille, Médée, I, 5, v. 320-321). Le pronom tonique distribué aux deux extrémités de deux vers, sature l’espace discursif de ce distique. L’expression « c’est assez » est ironiquement mimétique de la suffisance du moi et clôt ainsi le débat.

Lauriane Maisonneuve, agrégée de Lettres Modernes, est docteure en langue et littérature françaises. Ses recherches portent sur le dialogue théâtral de la première modernité selon une perspective qui croise l’analyse de discours, la rhétorique classique et la stylistique. Ses principales publications interrogent les rôles joués par la figure de l’apostrophe dans la tragédie classique.

Adrien Mangili (U. de Genève). « La Mothe Le Vayer, ‘loup famelique’ : représentation de la marginalité et libre pensée. »

Dans un de ses Petits traitez, en forme de lettre intitulé « De la retraite de la Cour » (1656), La Mothe Le Vayer prend le parti et la voix du « loup famelique » de l’apologue de Phèdre (livre iii), contre le « Chien d’attache, qui regorgeait d’embonpoint ». Dans une lettre où le décentrement propre au relativisme culturel est explicitement thématisé, le passage par la fable et par l’animalité lui permet de légitimer sa liberté philosophique – en mettant en scène sa marginalité – tout en suggérant discrètement la dangerosité de sa pensée dissidente. J’aimerais montrer que l’identification à ce loup, que La Fontaine rendra célèbre quelques années plus tard (1668), participe d’une rhétorique de la marginalité qui permet au « libertin érudit » de se ménager un espace de liberté intellectuelle, en se figurant comme un animal affaibli. Cette figuration de soi ambivalente, si ramassée soit-elle, s’apparente aussi à une profession de foi en faveur de la liberté philosophique. Mais le loup reste un animal dangereux et le lecteur complice ne peut que sourire devant cette lycanthropie littéraire. La suite du propos, sous des airs légers, confirme la dangerosité de la pensée décentrée du libertin : La Mothe Le Vayer démontre en effet à son correspondant que les Japonais sont les « antipodes moraux » des Français. Le propos est bien plus corrosif qu’il n’y paraît puisqu’il tend inexorablement vers un relativisme moral, totalement incompatible avec le christianisme. Le loup est entré dans la bergerie.

Adrien Mangili est assistant au département de français de l’Université de Genève et il rédige une thèse sur le rapport ambigu qu’entretiennent les libertins érudits avec la magie naturelle. Il s’intéresse de façon plus générale aux interactions entre littérature et philosophie naturelle. Il est en train de préparer l’édition d’un volume collectif sur les mouvements de frontières entre les savoirs dans la première modernité à paraître aux éditions Droz ainsi qu’une monographie sur la baleine à la Renaissance à paraître aux Editions Classiques Garnier.

Cynthia Laura Vialle-Giancotti (Stanford U). « Le portrait au XVIIe siècle : entre représentation de soi et jeu des apparences. »

Au XVIIe siècle les enjeux du portrait acquièrent des dimensions non seulement littéraires,  mais aussi sociales et politiques. Le portrait mondain, dont la mode se diffuse dans la seconde  moitié du siècle, se configure comme la forme par excellence des représentations de soi dans  l’espace littéraire et social, particulièrement parmi les élites. L’apogée de la mode en 1659 voit la publication de trois ouvrages dédiés au portrait : les Divers portraits ; le Recueil des portraits et éloges et la Description de l’isle de portraiture. Si  ses contemporains et critiques la considèrent déjà dépassée en 1661 (Somaize, Dictionnaire des  précieuses), cette mode finit cependant par changer l’histoire littéraire. Mon étude sur le portrait se place dans le sillon tracé par les travaux sur le portrait (Plantié  1994, Morlet-Chantalat 1994, Spica 2002, Harvey 2013, Schuwey 2020) et démontre non  seulement qu’avant la mode du portrait mondain les descriptions des personnages fictionnels  n’étaient pas appelées ‘portraits’, mais aussi que la fonction du portrait dans l’espace littéraire  change radicalement dans la période 1660-1700. Cette métamorphose a lieu grâce aux ouvrages  de fiction qui empruntent ce genre mondain et le façonnent pour l’adapter aux nécessités  narratives du temps. Se délivrant du carcan descriptif baroque, le portrait, vers la fin du siècle,  en vient à jouer une fonction proleptique au sein de la narration. Mon étude de cas portera sur les stratégies représentatives mises en place par Fénelon dans  le Télémaque (1699), où, afin d’enseigner à son disciple, le Duc de Bourgogne, à distinguer les  courtisans fiables des courtisans déloyaux, il transforme le portrait en un outil didactique et  épistémologique.

Cynthia Laura Giancotti-Vialle is a 7th year PhD student in the French and Italian department and is currently a Graduate Dissertation Fellow at the Clayman Institute for Gender Research at Stanford University. She holds a B.A. in French and Chinese languages and cultures from the Università degli Studi di Milano in Italy and an M.A. in 19th c. French Literature from Paris VII-Paris Diderot. Her current area of research concerns descriptive practices in 17th and 18th c. fictional works, but she is also interested in Gothic literature and representations of women across epochs and cultures.

License

Share This Book